08/09/2022

Appel "Pour les femmes et enfants les plus précaires, sauvons l’association MaMaMa"

partager icon icon icon

 

Rarement, une rentrée aura été aussi rude pour les personnes les plus précaires du fait de l’augmentation des prix. Deux ans après sa création, l’association MaMaMa, qui vient en aide à des milliers de femmes et de bébés en Ile-de-France doit plus que jamais être sauvée. Nous, acteurs de la solidarité et associations de lutte contre la précarité, personnalités publiques et personnes politiques, appelons à une mobilisation sans faille pour empêcher l’expulsion de l’association MaMaMa par la Mairie de Saint-Denis et la SEM Plaine Commune Développement pour permettre le  transfert de  son activité dans un lieu adapté et dans des conditions apaisées. Il en va de la dignité de milliers de femmes et enfants en Ile-de-France. 

 

En mars 2020, en plein confinement, face aux difficultés des mères isolées durement touchées par la crise sanitaire et économique, 4 femmes bénévoles de l’AP-HP et de la Croix-Rouge créent l’association MaMaMa pour leur apporter un soutien adapté à leurs besoins. En 2 ans, MaMaMa est devenu un acteur incontournable de l’aide alimentaire infantile dans les 8 départements d’Ile-de-France. Elle est au centre d’un réseau de partenaires de plus de 150 centres de protection maternelle et infantile et de centres de santé, ainsi que de 110 associations. Plus de 70 000 mères et enfants ont reçu les colis solidaires préparés sur mesure et distribués par l’association –  soit 4,7 millions d’euros de produits d’hygiène et alimentaires de première nécessité, adaptés aux besoins spécifiques des nourrissons et jeunes enfants de moins de 3 ans (lait infantile, petits pots, couches, biberons, vêtements, jouets d’éveil, etc.).

 

La crise du COVID a accentué et mis en lumière un enjeu de santé publique peu ou pas couvert institutionnellement, faute de moyens ou de priorisation politique de ces enjeux et de ces publics: l’aide alimentaire infantile. L’action de MaMaMa est essentielle pour les familles les plus précaires, qui font face à des vulnérabilités multiples : 57% dépendent uniquement de l’aide alimentaire associative pour se nourrir. Entre 2020 et 2021, on compte 100 000 bébés supplémentaires dépendants de l’aide alimentaire. 

 

Ne fermons pas les yeux : en 2022, en France, on souffre de la faim : 53% des familles accompagnées par MaMaMa souffrent aujourd’hui de faim, parfois dans des formes sévères. La faim a des effets négatifs sur la santé de toutes et tous – mais ceux-ci deviennent irrémédiables pour les enfants en bas âge, affectant leur développement physique et cognitif.  

MaMaMa porte depuis deux ans une réponse vitale à la précarité maternelle et infantile, en couvrant des besoins essentiels en alimentation et en hygiène, en créant du lien social et en accompagnant les mères vers des professionnels et structures appropriées. Son action est d’utilité publique. L’expulser aujourd’hui de son local, sans aucune alternative de relocalisation, c’est empêcher des milliers d’enfants et de nourrissons de vivre dans des conditions dignes et de se nourrir à leur faim. Arrêter MaMaMa, c’est courir au drame pour les familles.  

 

Alors que l’inflation réduit d’autant plus la capacité des familles les plus précaires à subvenir à leurs besoins les plus élémentaires, nous réaffirmons tout notre soutien à MaMaMa. Nous appelons les élu.e.s locaux.ales à revenir sur leur décision d’expulsion de l’association et de l’accompagner pour    identifier des solutions viables au transfert dans de nouveaux locaux  de ses activités. Nous appelons toutes les institutions concernées par les activités essentielles de MaMaMa, au niveau local, départemental, régional et national, à accompagner la structure et la soutenir dans ses recherches de local afin de continuer et renforcer encore son action essentielle auprès des femmes et des enfants les plus vulnérables. 

 

 

 

Signataires de l’appel

Pierre Micheletti, Président d’Action contre la Faim

Anne-Cécile Mailfert, Présidente de la Fondation de Femmes

Pascal Brice, Président de la Fédération des acteurs de la solidarité

Cécile Duflot, Directrice générale d’Oxfam France

Alice Barbe, Présidente de l’Académie des Futurs Leaders

 

 

Vous aussi, sauvez MaMaMa, rejoignez l’appel, signez la pétition