24/06/2022

Remise en cause du droit à l'avortement aux Etats-Unis

partager icon icon icon icon
Après la sidération, le temps est désormais à l'action.
Le 24 juin 2022, la Cour Suprême annulait l’arrêt Roe vs Wade, qui avait ouvert le droit à l’avortement aux Etats-Unis en 1973. Désormais, le droit à l’IVG ne sera plus garanti par le gouvernement fédéral. Cette décision a créé la stupeur dans le monde entier, deux ans après l’interdiction quasi totale du droit à l’avortement en Pologne.

En Pologne, au moins deux femmes sont mortes parce que les médecins ont eu peur de pratiquer un avortement tant que le fœtus était encore en vie alors qu’il y avait un risque grave pour la santé de leurs mères. 

Ces faits ne sont pas des cas isolés, fruits de la lubie de quelques individus isolés. En effet, l’actualité récente met en lumière la réalité des attaques contre le droit à l’avortement dans le monde occidental, y compris en France et en Europe. Cette décision est, en effet, l’aboutissement d’une offensive conservatrice contre les droits des femmes organisée de longue date aux Etats-Unis. Ne nous y trompons pas, ces attaques sont aussi à destination de l’Europe et de la France.

L’European Parliamentary Forum for sexual and reproductive rights en 2021 estime que 707,2 millions de dollars US ont été reversés en 10 ans par des organisations conservatrices venues principalement des Etats Unis et de la Russie à des mouvements anti-genre pour financer notamment des initiatives anti-avortement.

Parce que ces menaces sont réelles, il faut agir, et vite :

  • Il est essentiel de sanctuariser le droit à l’avortement et à la contraception dans la Constitution comme le réclament les associations de défense des droits des femmes depuis de nombreuses années.
  • Il faut également assurer l’accès effectif à ce droit et faciliter l’accès à une information juste permettant de connaître ses droits et les moyens de les exercer. En effet, c’est sur le terrain de l’information qu’agissent les mouvements anti-IVG via des sites qui brouillent les cartes, induisent les internautes en erreur et bloquent l’accès des personnes à l’exercice de leurs droits.

En ce qui concerne la constitutionnalisation du droit à l’avortement, nous avons échangé avec les candidates et candidats à l’élection présidentielle ainsi qu’aux législatives, à travers le 4e point de notre plan d’urgence pour l’Egalité, lancé avec des dizaines d’autres associations féministes. Pour en savoir plus

1
Les Françaises et Français tiennent au droit à l'IVG d'après une enquête Kantar de 2021

En parallèle, nous soutenons le développement et le lancement, par le Planning Familial, de nouveaux outils numériques pour répondre aux usages et contrer la diffusion de mauvaises informations.

C’est pourquoi, la Fondation des Femmes va allouer une dotation exceptionnelle de 200 000 euros au Planning familial pour permettre la création et le lancement d’un tchat pour informer les femmes sur leurs droits concernant la sexualité, la contraception et bien sûr l’avortement.

Cette initiative sera financée grâce aux fonds collectés dans le cadre du Gala annuel de la Fondation des Femmes qui se tient le lundi 4 juillet à Paris et via une collecte exceptionnelle auprès du grand public, sensibilisé à la défense des droits des femmes et à l’égalité femmes-hommes.

Mon corps mon choix
My body my choice : mon corps, mon choix

Grâce aux dons, la plateforme sera déployée et animée par une équipe de “tchateur.euse.s” formé.e.s pour interagir rapidement avec chaque personne, et notamment les plus jeunes, souhaitant de l’information sur tout le territoire. 

Nous voyons sur le terrain combien les femmes peinent à obtenir une information juste et une orientation qui répond à leurs besoins en matière de contraception et d’avortement. » témoigne Sarah Durocher, co-présidente du Planning familial. 

Lorsque nos droits n’avancent pas ils reculent – sanctuariser le droit à l’avortement est impératif mais il faut aller plus loin : assurer à toutes l’accès à une information juste et sincère sur l’avortement.

 

À propos du Planning familial 

Le Planning familial est un réseau de plus de 80 associations qui informent et orientent sur des questions liées aux sexualités, la contraception, l’avortement, la prévention des violences sexistes et sexuelles et la promotion de l’égalité de genre, sur tout le territoire français. Ses actions d’accueil, d’éducation à la vie affective et sexuelle  et de formation des professionnels auprès d’une grande diversité de publics en font un acteur central de la promotion des droits sexuels et reproductifs.