07/10/2021

Agir pour la santé des femmes

partager icon icon icon icon

Grâce à vos dons, la Fondation des Femmes agit depuis plus de 5 ans pour assurer l’accès à la santé pour toutes les femmes victimes de violences ou en situation de précarité.

Découvrez les projets financés grâce à vos dons

Soutien de structures d’accueil adaptées aux femmes sans-abri

Agir pour la santé des femmes - ADSF

L’association Agir Pour la Santé des Femmes (ADSF) est une association qui propose aux femmes en situation de grande précarité un accès à la santé.

Grâce à votre soutien, cette association est en capacité de prendre soin des femmes sans-abri, pour lesquelles la rue représente un espace particulièrement violent et propice aux agressions. Grâce à leurs accueils de jour, elle donne accès à ces femmes à des paniers repas, des consultations médicales, des kits d’hygiène et de protection contre le Covid-19, etc.

Rédaction d’un guide juridique pour faire connaître aux femmes leurs droits pendant le suivi de grossesse et l’accouchement

Agir pour la santé des femmes - Guide accouchement

Composée de plus de 300 avocat.e.s et professionnel.le.s du droit, la Force Juridique de la Fondation des Femmes fournit gracieusement aux associations appui et conseils lors de contentieux stratégiques.

Grâce à votre soutien, la Force Juridique a rédigé et publié un guide juridique pratique visant à mieux informer les 800 000 femmes qui accouchent chaque année en France sur leurs droits et sur les devoirs des professionnel.le.s de santé à leur égard. Consulter le guide

Alors qu’on pourrait penser que la santé est neutre, l’importance des sujets de santé typiquement féminin a été minoré, et le traitement des patientes est parfois problématique.

Depuis plusieurs années, des témoignages émergent pour témoigner d’expériences inconfortables ou traumatisantes avec le personnel médical. Ces témoignages se retrouvent lors du suivi et de l’accouchement. Alors que le consentement est nécessaire pour tout acte médical, 85% des femmes déclarent que leur consentement n’a pas été demandé avant la réalisation d’une épisiotomie.

La capacité à décider pour son propre corps est un enjeu qui concerne enfin tout particulièrement l’IVG. Alors que selon les estimations de l’INED, 33% des femmes auront recours à l’IVG au cours de leur vie, on dénombre encore plusieurs entraves à ce droit, acquis en 1974.

Pour continuer à faire progresser l’accès à la santé pour toutes les femmes, nous avons besoin de vous !